Keynes ou l'économiste citoyen par Bernard Maris

Keynes ou l'économiste citoyen

Titre de livre: Keynes ou l'économiste citoyen

Éditeur: Les Presses de Sciences Po

ISBN: 2724610377

Auteur: Bernard Maris


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Keynes ou l'économiste citoyen.pdf - 45,898 KB/Sec

Mirror [#1]: Keynes ou l'économiste citoyen.pdf - 35,856 KB/Sec

Mirror [#2]: Keynes ou l'économiste citoyen.pdf - 22,450 KB/Sec

Bernard Maris avec Keynes ou l'économiste citoyen

À l'heure où la loi des marchés assure le triomphe de l'économie et le déclin de la volonté politique, une relecture de Keynes s'imposait. Bernard Maris propose un autre regard sur celui que les manuels de macroéconomie ont réduit à un fournisseur de "recettes de cuisine de ministères", comme la relance budgétaire. Proche du courant post-keynésien, l'auteur s'emploie à redécouvrir les fondements du message de l'économiste anglais : l'économie de marché est foncièrement instable. Il y règne l'incertitude sur l'avenir, l'irrationalité et le mimétisme des comportements. Chômage, déséquilibres, bulles financières, caractérisent le capitalisme. Si Keynes reconnaît qu'il permet la satisfaction des besoins humains, l'accumulation du capital, "l'argent pour l'argent" ne saurait être la fin de l'activité humaine. Il faut remettre la cité au premier plan et "l'économie au vestiaire".

Plus qu'une nouvelle interprétation, ce petit livre percutant présente l'homme Keynes dont les passions, les utopies et la vision du monde sont inséparables de la théorie. --Gery Dumoulin

Livres connexes

À l'heure où la loi des marchés assure le triomphe de l'économie et le déclin de la volonté politique, une relecture de Keynes s'imposait. Bernard Maris propose un autre regard sur celui que les manuels de macroéconomie ont réduit à un fournisseur de "recettes de cuisine de ministères", comme la relance budgétaire. Proche du courant post-keynésien, l'auteur s'emploie à redécouvrir les fondements du message de l'économiste anglais : l'économie de marché est foncièrement instable. Il y règne l'incertitude sur l'avenir, l'irrationalité et le mimétisme des comportements. Chômage, déséquilibres, bulles financières, caractérisent le capitalisme. Si Keynes reconnaît qu'il permet la satisfaction des besoins humains, l'accumulation du capital, "l'argent pour l'argent" ne saurait être la fin de l'activité humaine. Il faut remettre la cité au premier plan et "l'économie au vestiaire".

Plus qu'une nouvelle interprétation, ce petit livre percutant présente l'homme Keynes dont les passions, les utopies et la vision du monde sont inséparables de la théorie. --Gery DumoulinÀ l'heure où la loi des marchés assure le triomphe de l'économie et le déclin de la volonté politique, une relecture de Keynes s'imposait. Bernard Maris propose un autre regard sur celui que les manuels de macroéconomie ont réduit à un fournisseur de "recettes de cuisine de ministères", comme la relance budgétaire. Proche du courant post-keynésien, l'auteur s'emploie à redécouvrir les fondements du message de l'économiste anglais : l'économie de marché est foncièrement instable. Il y règne l'incertitude sur l'avenir, l'irrationalité et le mimétisme des comportements. Chômage, déséquilibres, bulles financières, caractérisent le capitalisme. Si Keynes reconnaît qu'il permet la satisfaction des besoins humains, l'accumulation du capital, "l'argent pour l'argent" ne saurait être la fin de l'activité humaine. Il faut remettre la cité au premier plan et "l'économie au vestiaire".

Plus qu'une nouvelle interprétation, ce petit livre percutant présente l'homme Keynes dont les passions, les utopies et la vision du monde sont inséparables de la théorie. --Gery Dumoulin